Service client : 09 70 71 54 60

Allergies respiratoires : des solutions naturelles pour les soulager

En France, une personne sur quatre souffre d’une allergie respiratoire. Handicapantes dans la vie quotidienne, les allergies respiratoires peuvent entraîner de nombreuses complications médicales. Il est donc important de consulter un professionnel de santé qui saura vous préconiser des solutions adaptées à votre mode de vie et à votre degré de sensibilisation.

PAROLE DE PATIENT

Stéphanie - 35 ans : "Je suis allergique aux acariens et aux poils de chats depuis mes 15 ans. J'ai déjà eu une désensibilisation à base de piqûres et j’ai pris des comprimés antihistaminiques pendant des années, et puis un beau jour cela s'est passé. Enfin, jusqu’à mes 30 ans où les crises sont revenues encore plus fréquentes et plus fortes qu’avant. Pour les acariens, les périodes de fin d'été et de fin d'hiver étaient les plus compliquées. Je ressentais souvent une gêne respiratoire, je faisais plusieurs rhinopharyngites1 et ça finissait souvent en crise d'asthme. Pour les poils de chats, dès que j'allais chez une personne qui en avait un, mes yeux devenaient rouges et je toussais et éternuais tellement que je n'avais qu'une hâte, c'était de partir... Depuis 2 ans, mon médecin me prescrit à nouveau des comprimés antihistaminiques et j’ai des inhalateurs à prendre tous les jours. Il m’a également conseillé des plantes et un traitement homéopathique de désensibilisation qui va durer 3 ans et je trouve que cela fonctionne bien. Je n’ai plus trop de crises d'allergies et surtout je ne suis plus malade !!!"

Aujourd’hui, comme Stéphanie, une personne sur quatre en France souffre d’une allergie respiratoire2. On estime que près de la moitié des Français est touchée sans le savoir et qu’en 2050, 50% de la population pourrait être affectée par au moins une maladie allergique3. Dans certains cas, les allergies respiratoires peuvent entraîner de nombreuses complications et notamment évoluer en asthme. Dans tous les cas, elles sont handicapantes pour la vie quotidienne. C’est pourquoi, il est important de consulter un professionnel de santé qui saura vous préconiser des solutions adaptées à votre mode de vie et à votre degré de sensibilisation.

1 Les symptômes courants de la rhinopharyngites sont la toux, le mal de gorge, une congestion et un écoulement nasal, des éternuements et parfois des douleurs musculaires, de la fatigue, des malaises, des céphalées, une faiblesse musculaire et une perte d'appétit. La Rhinopharyngite peut conduire à des co-infections opportunistes ou des surinfections telles que la bronchite aiguë, bronchiolite, laryngite, pneumonie, sinusite, l'otite moyenne, ou streptocoque de la gorge. Les personnes atteintes de maladies pulmonaires chroniques comme l'asthme et la Broncho-pneumopathie chronique obstructive sont particulièrement vulnérables.

2 a. b. Bauchau. et al. Epidemiological characterization of the intermittent and persistent types of allergic rhinitis. Allergy 2005: 60: 350-353

3 GA2LEN. Does rhinitis lead to asthma ? General practitioner. Brochure 2007

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES, UNE RÉACTION EXCESSIVE DU SYSTÈME IMMUNITAIRE

L’allergie respiratoire correspond à une hypersensibilité des muqueuses de l’arbre pulmonaire ou des cavités nasales et pharyngées.

Régulièrement, nous sommes en contact avec des substances pour lesquelles notre corps a les bonnes réactions immunitaires mais, l’allergie est le résultat d’une réaction excessive du système immunitaire vis-à-vis des allergènes inhalés (pollens, poussières, acariens, moisissures) considérés à tort comme des agresseurs. En clair, en cas d’allergie, la réponse est démesurée et inadaptée.

L’ALLERGIE RESPIRATOIRE, POURQUOI SE DÉCLENCHE T-ELLE UN BEAU MATIN ?

En réalité, l’allergie se fait en 2 phases.

La première phase de l’allergie est la phase de sensibilisation. Elle correspond à un premier contact avec l’allergène. Souvent ce contact a lieu dans l’enfance puis le corps est en état de sensibilisation latente.

La seconde phase de l’allergie est la phase de réaction. Elle peut arriver plusieurs années après la phase de sensibilisation. C’est en effet, lorsque le corps rentre à nouveau en contact avec l’allergène que les symptômes de l’allergie apparaissent.

On ne devient pas allergique en se réveillant un matin. Notre degré de sensibilité aux allergènes, c’est un peu comme pour notre capital soleil : tout est définit dès la naissance et variable selon les individus. Cela se détériore au fil du temps en fonction du mode de vie et des évènements, jusqu'à "épuisement", et c’est à ce moment-là que l’allergie apparait.

L’ALLERGIE RESPIRATOIRE, COMMENT SE MANIFESTE T-ELLE ?

Parmi les manifestations allergiques respiratoires les plus fréquentes, on dénombre :

  • La rhinite allergique ou "rhume des foins" : avec nez bouché, écoulement nasal clair, picotements du nez et de la gorge…
  • La conjonctivite allergique avec rougeurs de yeux, larmoiement…
  • L’allergie respiratoire peut également se manifester par une sinusite chronique ou une toux persistante.

Les symptômes peuvent durer de quelques jours à quelques semaines. Ils varient en intensité selon la présence de l’allergène et du degré de sensibilisation de la personne.

Lorsque l’allergie respiratoire atteint les poumons, on retrouve des malaises plus importants dont le plus grave est la crise d’asthme provoquant une sensation d’étouffement.

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES, QUELLES SONT LES CAUSES ET COMMENT LES IDENTIFIER ?

Parmi les accusés au banc des allergies respiratoires, les pollens (bouleau, cyprès, thuyas, ambroisie…) figurent au premier rang. Il sont suivis par les allergènes intérieurs (acariens, moisissures, poils d’animaux, plumes, poussières de maison, de farine, de bois…).

Le tabac, le stress ou la pollution domestique et atmosphérique peuvent également aggraver ou déclencher les allergies respiratoires.

D’autre part, lorsque les défenses immunitaires sont affaiblies (en cas de virus de la grippe à combattre, de grossesse où les défenses sont mobilisées pour protéger le bébé, de gros stress susceptible de modifier de manière significative l’état immunitaire...) notre corps est plus vulnérable aux allergènes.

Bien entendu, le terrain joue également un rôle important dans l’allergie. Un enfant dont un parent est allergique a 30% de chances de le devenir. Ce chiffre monte à 60% en cas de double hérédité. Il arrive cependant que cette hérédité se révèle tardivement.

Afin de pouvoir traiter l’allergie, il est indispensable d’en identifier la source. L'allergologue est le médecin qui traite les allergies. Un interrogatoire et des tests cutanés lui permettront de faire un bilan allergologique et d’identifier les causes de l’allergie.

Les tests chez les allergologues ne sont pas conseillés chez les jeunes enfants car ils ne sont pas fiables. En général, il est important d'attendre au moins l'âge de 5 ans même s'il y a encore une forte suspicion au risque d'avoir des faux négatifs.

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES, QUELS SONT LES TRAITEMENTS POSSIBLES ?

Si les symptômes de l’allergie respiratoire durent et sont très gênants, une visite chez un spécialiste s'impose. Dans certains cas, la désensibilisation sera proposée d'emblée alors que dans d'autres, l'allergologue essaiera d'abord d'équilibrer les allergies au moyen d'antihistaminiques ou de corticoïdes oraux.

Pour prévenir ou combattre les allergies respiratoires, il peut également être judicieux d’améliorer le terrain en renforçant l’immunité et en abaissant la sensibilité aux allergènes. Comment ? En utilisant des approches alternatives comme les compléments alimentaires

  1. En utilisant des actifs naturellement anti-allergiques par leurs propriétés anti-histaminiques, anti-inflammatoires, antioxydantes, immunomodulatrices et stabilisantes des membranes des mastocytes
    En utilisant les propriétés protectrices du câprier commun (Capparis spinosa) contre les allergies et dans l’asthme
    En limitant le processus d’inflammation par l’apport d’oméga 3, de graines de perilla, d’extraits de cassis, et de curcuma.
    • Les acides gras polyinsaturés oméga 3 (poissons gras) sont importants car ils constituent l’essentiel des membranes et possèdent des propriétés anti-inflammatoires.
    • La graine de perilla, également riche en oméga 3 (ALA), inhibe la libération d’histamine, normalise la production d’IgE responsable des états inflammatoires (diminution moyenne de 75 % en 3 semaines de traitement), et bloque la lypoxygénase (5Lo), enzyme libérant des substances hautement inflammatoires dans les réactions allergiques.
    • Le cassis est un antioxydant qui possède une activité cortisone-Like. Plante incontournable de l’allergie, il est anti-inflammatoire.
    • Le curcuma est un antioxydant permettant de neutraliser la production des radicaux libres, tout en ayant des propriétés anti-inflammatoires.
    En utilisant les propriétés anti-histaminiques de la quercétine, d’origine naturelle, obtenue à partir des fleurs du sophorier du Japon (Sophoria japonica)
    En drainant les toxines et en détoxifiant le foie (curcuma et desmodium)
  2. En renforçant l’étanchéité de la muqueuse intestinale, en limitant le processus d’inflammation et en modifiant le « terrain allergique » par l’apport de glutamine gastro-résistante, de cicatrisants de la muqueuse, de prébiotiques, de probiotiques et de levures spécifiques
    Un déséquilibre de l’écosystème intestinal favorise l’intrusion des allergènes et leur dissémination par voie sanguine vers les autres muqueuses (nasales en particulier). Les probiotiques sont des bactéries amies qui renforcent et protègent la flore intestinale et permettront de rééquilibrer votre écosystème en régulant notamment les processus d’immunité. Comme 70 à 80 % des cellules de l’immunité sont situées dans l’intestin, le maintien d’une flore intestinale équilibrée, sur la durée, est particulièrement recommandé.
  3. En évitant au système immunitaire de “se tromper de cible” grâce à l’action spécifique du plantain.
    • La feuille de plantain possède des propriétés utilisées pour les affections broncho-pulmonaires. Les mucilages présents ajoutent une action adoucissante, émollient, ce qui facilitent l’expectoration. Grâce à sa composition, le plantain évite donc une trop grande réactivité́.
  4. En comblant les carences en vitamines et minéraux impliqués dans l’immunité : Manganèse, Vit. C, Vit. D et en luttant contre les radicaux libres induits (manganèse et Vit C sont des antioxydants).
  5. Enfin penser à gérer le stress souvent présent chez la personne allergique. « Le stress peut déclencher ou aggraver les phénomènes allergiques et jouer un rôle dès les tout premiers mois de la vie, voire in utero. »
    Congrès Français d’Allergologie, mars 2016.

LES ALLERGIES RESPIRATOIRES, QUELQUES CONSEILS D’HYGIÈNE POUR LES PRÉVENIR

Une bonne d’hygiène de vie permet d’éviter l’aggravation des symptômes de l’allergie respiratoire. Voici quelques conseils :

  • Lavez votre nez régulièrement avec de l’eau de mer et protégez votre muqueuse nasale avec une crème appropriée.
  • Privilégiez une alimentation saine et variée afin de maintenir l’équilibre de votre écosystème intestinal. Les aliments modifiés, dénaturés par l’industrie agro-alimentaire, pollués par les nitrates, pesticides et conservateurs font le lit de l’allergie. Par ailleurs, n’hésitez pas à entretenir votre flore intestinale avec des probiotiques.
  • Évoluez dans un environnement intérieur et extérieur le moins pollué possible.
  • Mettez un petit saladier d'eau dans les pièces de nuit afin d'humidifier l'air et de faire tomber les allergènes.
  • Brossez bien les cheveux tous les soirs, et mieux encore, lavez-les afin d'enlever les allergènes présents dans le cuir chevelu qui tombent pendant la nuit, ce qui crée une forte réaction allergique le matin.
  • Évitez de faire sécher le linge de lit à l'extérieur durant les périodes d'exposition aux allergènes afin qu'ils ne se logent pas à l'intérieur et qu'ils ne viennent pas en contact la nuit.
  • Évitez d'ouvrir les portes et les fenêtres lorsqu'il y a du vent, notamment en période d’alerte au pollen.

>> Cliquez ici pour consulter le bulletin allergo-pollinique (source : RNSA) 

ZOOM sur Pantescal™ actif naturel validé cliniquement

Pantescal™ est un mélange breveté d'extrait de Caprier (Capparis spinosa), de Ginseng (Panax ginseng), de Cassis (Ribes nigrum) et d'Olivier (Olea europeae), qui a été développé pour aider à soulager les symptômes induits par l'allergie. Les effets bénéfiques de ce mélange d'extraits de plantes dans la prévention et la gestion des maladies allergiques ont fait l'objet d'études cliniques.

Bonina F. et al., Evaluation of food supplementation with Pantescal™ on histamine and allergen-induced skin reactions in humans, Department of Pharmaceuticals Science, Faculty of Pharmacy.

L’ASTHME ALLERGIQUE

Un élément allergène (pollen, acarien, moisissure, poils d’animaux, aliment) déclenche ce type d’asthme avec un rétrécissement des bronches qui entraîne des difficultés respiratoires ; L’asthme révèle une cause allergique chez 50% des adultes et 80% des enfants.

Comment se manifeste t-il ?
Toux nocturne, difficultés respiratoires lors de l’effort avec des sifflements, rhinites chroniques

L’hérédité mais pas que…
Même si l’hérédité est très importante dans cette maladie (environ 70% des enfants dont les deux parents sont allergiques développent eux-mêmes une allergie), l’environnement joue également un rôle décisif dans le déclenchement de l’allergie et son évolution vers des manifestations telles que l’asthme allergique :
la pollution intérieure : acariens, moisissures, phanères…et le manque d’aération des habitations. (voir conseil dans le dossier allergie)
la pollution extérieure : gaz d’échappement et particules fines irritantes des voies respiratoires et qui augmentent le pouvoir allergisant des pollens, la fumée de tabac,

L’importance de se soigner tôt
En moyenne, une personne allergique attend 7 ans avant de consulter un professionnel de santé ! Cela peut entraîner une aggravation et une chronicisation des manifestations allergiques, jusqu’à l’asthme allergique.

Raffard M., Partouche H. Allergologie en pratique. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Traité de Médecine Akos, 2-0093, 2008. ²Traité d’allergologie page 345

CONSEILS D'UN MICRONUTRITIONNISTE :

YVES GILLE, DR EN PHARMACIE ET FONDATEUR DE NUTRAVANCE

La prévention des allergies commence dans le ventre de la maman et dès la naissance

Une future maman qui a préparé son organisme à la grossesse (détoxication, alimentation hypotoxique, restauration de la flore intestinale, complémentation pour combler ses carences, apports d’Oméga 3 et d’antioxydants…) et qui continue de s’alimenter sainement tout au long de sa grossesse favorisera un terrain non propice aux allergies chez son bébé.

La prévention de l’allergie passera ensuite par l’allaitement : le lait maternel est le plus adapté au bébé car il est non allergisant. La diversification alimentaire sera également une étape cruciale. Il est important de suivre les recommandations d’un pédiatre.

Enfin, faire une cure de probiotiques spécifiques de l’enfant au moins 1 mois avant l’accouchement, durant toute la grossesse, pendant l’allaitement et les deux premières années de vie, participera également à la prévention des allergies en diversifiant et maturant le microbiote dans cette période cruciale pour développer une réponse immunitaire optimisée pour toute la vie !

Découvrez nos solutions "Réactivité printanière"

Bibliographie :

  • Rajeunir nos tissus – Dr max Tétau, Dr Daniel Sciméca.
  • Traité de phytothérapie Dr Jean Michel Morel
  • Ecosystème intestinal et Santé optimale Dr Georges Mouton
  • http://www.jesuisallergique.be/
  • http://www.stallergenes.fr/
  • http://www.rhinopharyngite.com/
Recevez notre newsletter

Abonnez-vous

Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas - www.mangerbouger.fr